La médecine en Egypte

Lors de notre voyage en Inde l’an dernier, nous étions partis sur les routes du nord du pays à la découverte de sa culture et de celle du Tibet tout proche.

Les rencontres, les questions posées, les visites nous ont permis d’écrire plusieurs articles sur des sujets tel que le massage, le toucher, le rapport au pied et ses symboliques au sein de la culture indienne et tibétaine ainsi que dans la spiritualité hindouiste et bouddhiste. 

C’est tout naturellement que l’idée de partir en Egypte nous est venue, deuxième grande civilisation après l’Inde ! (dans l’ordre chronologique bien sur). Ici, dans ce beau pays, nous n’avons pas était déçu, le dépaysement est comme lui, immense!

Nous voulions voyager dans le temps, le remonter comme on remonte le cours du Nil pour aller vers sa source. Nous vous livrons nos recherches et découvertes avec humilité, passion et surtout sans prétention. Passionnés par les médecines naturelles et traditionnelles, nous sommes deux thérapeutes en quête d’informations et d’échanges. Pour ce voyage, nos sources sont nos rencontres avec la population, avec des égyptologues, du temps passé à la bibliothèque de l’IFAO au Caire et bien sur les visites des sites archéologiques.

 

Médecine Egyptienne

La médecine occidentale moderne est issue de celle des grecs, qui elle même l’est des égyptiens. Les civilisations se croisent et se ressemblent, elles s’imprègnent et s’enrichissent mutuellement au fil du temps. Le médecin en Egypte ancienne est souvent associé au prêtre ou au scribe, ils étudient tous dans une « maison de vie » associée à un temple. Le plus célèbre d’entre eux est Imothep, un érudit de la 3ème dynastie, vizir, architecte, médecin et philosophe (pyramide à degré de Djoser). Il fut même divinisé et vénéré pendant longtemps. Pour les traces écrites, le papyrus de Ebers est un des documents le plus important dans le domaine puisqu’il révèle de nombreux aspects de cette profession. Nous retrouvons dans ces écrits une harmonie entre connaissances médicales (chirurgie, herboristerie, anatomie..) et spiritualité. Les médecins de l’époque avaient en effet des connaissances anatomiques poussées et précises ainsi qu’un lien au sacré pour comprendre, se protéger et soigner les maladies.

Ils comptaient parmi eux, des généralistes mais aussi de nombreux spécialistes des yeux, du cœur et surtout du système digestif. C’était l’une des premières causes de mortalité. Le deuxième cerveau existait déjà à l’époque !

Des chirurgiens officiaient également, ils étaient réputés et appréciés dans tout le Moyen Orient. Observation, palpation, symptomatologie puis diagnostic donnaient lieu à un pronostic et à un traitement si espoir de guérison il y avait.

Les remèdes pratiquées étaient composées d’éléments d’origine animale, végétale et minérale tant pour leurs principes actifs que leurs forces symboliques. Les médecins-prêtres utilisaient systématiquement la parole sacrée pour soigner et se protéger de la maladie, considérée comme la matérialisation d’actions, pensées négatives ou bien d’un sort. Comme la culture tibétaine nous retrouvons l’astrologie et la médiumnité associée à la pratique médicale.

Science et spiritualité étaient unies et faisaient partie d’un même tout.

D’ailleurs, les recettes de médecin qui ont été retrouvées, ont été écrites pour la plus part dans une « langue » jamais décryptée, gardée secrète. Les dieux associés à la médecine sont principalement Thot et Sekmeth, Konsou.

Aujourd’hui, l’usage des plantes et des épices dans les familles égyptiennes côtoient l’utilisation de l’allopathie. Nous avons rencontré également une personne qui soigne par imposition des mains. En revanche, le massage est à priori assez peu pratiqué dans un cadre thérapeutique, nous avons surtout entendu parlé de la transmission par les femmes du massage dans un cadre familial. Il existerait également dans les campagnes, des femmes guérisseuses pratiquant la transe.

Et la réflexologie la dedans ? Nous n’avons pas rencontré de praticien ou de personne qui connaissait cette pratique.

Prochain article sur les ventouses du temple de KOM OMBO !

Alice et Lilian